L’IPO de N26 devra attendre la prochaine tendance haussière de 2024 avec des premiers bénéfices à l’appui

N26 toujours dans le rouge

Les comptes financiers de N26 pour 2021 communiqués mardi font état d’une perte nette de 172,4 millions d’euros, contre 150,7 millions un an plus tôt. Les ventes nettes ont elles grimpé de 67% à 120,3 millions d’euros, en faisant fructifier les dépôts des clients parvenus à 6,1 milliards d’euros fin 2021, contre 4,0 milliards en 2020.
IPO pas avant 2024

En 2021, N26 a levé plus de 900 millions de dollars (927 millions d’euros) auprès d’investisseurs privés, portant sa valorisation à plus de 9 milliards de dollars (9,3 milliards d’euros), supérieure à celle de la seconde banque allemande Commerzbank. "Nous visons à terme d’entrer en bourse mais en cherchant à le faire dans des conditions favorables", qui signifient de "se rapprocher de la rentabilité", a expliqué mardi à l’AFP Jérémie Rosselli, directeur général de N26 pour la France et le Benelux. "Notre horizon de rentabilité se situe à 24 mois", soit d’ici fin 2024, précise-t-il, en comptant sur une accélération mécanique des recettes alors que l’ère des taux d’intérêt historiquement bas prend fin.

À lire aussi : 👉 N26 valorisée à 9 milliards de dollars après une nouvelle levée de fonds record de plus de 900 millions

Pas plus de 50.000 nouveaux clients par mois

La néobanque s’est vu imposer l’an dernier par le gendarme allemand de la finance Bafin de limiter à 50.000 ses nouveaux clients par mois sur ses 24 marchés européens. Sa croissance rapide risquait, selon le superviseur, de l’exposer à des risques opérationnels, par exemple en cas de choc financier.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.