Frais bancaires : frais de tenue de compte généralisés en 2016, avant le big-bang de février 2017

Le rapport 2016 de l’Observatoire fait apparaître une évolution maîtrisée des tarifs bancaires en 2015 et au début de 2016. Au 1er février 2017, le changement de banque devrait être faciliter, permettant ainsi de mieux faire jouer la concurrence.

Publié le  à 0 h 0

Le rapport 2016 de l’Observatoire des Tarifs Bancaires (OTB) fait apparaître une évolution maîtrisée des tarifs bancaires en 2015 et au début de 2016. S’agissant des tarifs des services bancaires les plus utilisés, on observe un nombre un peu plus élevé de hausses que de baisses. La hausse des frais de tenue de compte résulte, quant à elle, de l’augmentation du nombre d’établissements appliquant ces frais. Par ailleurs, les tarifs bancaires de l’Outre-mer connaissent des évolutions favorables aux consommateurs.

 1er février 2017 : le changement de banque sera facile ou ne sera pas

La mobilité bancaire sera notamment facilitée à compter de février 2017 afin de permettre au consommateur de changer plus facilement de banque, en réduisant les formalités administratives. Ce sera à votre ancienne banque d’informer votre nouvelle banque sur tous vos créanciers. Votre ancienne banque aura 5 jours ouvrés pour s’exécuter. Autant dire que cela devrait changer massivement les choses.

 Le comparateur public des tarifs bancaires est un réel succès

Par ailleurs, le rapport consacre un chapitre au comparateur public des tarifs bancaires mis en place, à la demande du ministre, par le CCSF le 1er février 2016. Depuis sa mise en ligne, 553 000 visiteurs ont navigué sur ce site, plus d’1,6 millions de pages ont été vues et sa fréquentation moyenne est de 56 000 visites par mois. À cet égard, Michel SAPIN a déclaré : "L’utilisation fréquente - et désormais bien généralisée - de ce comparateur public témoigne de son succès et de sa réelle utilité pour les consommateurs".

S’agissant du rapport remis au ministre par le président du CCSF sur l’évolution des frais de tenue de compte, il établit d’abord que, compte tenu des nombreuses exonérations qui s’appliquent et qui varient selon les établissements, moins de la moitié des clients des banques, et parfois moins du quart d’entre eux, se voient facturer des frais de tenue de compte.

En outre, le rapport fait apparaître que la hausse des frais bancaires s’explique selon les banques par une conjoncture défavorable ainsi que par les investissements et dépenses nouvelles liés à la tenue et à la sécurisation des comptes de dépôt, en particulier dans le cadre de l’adaptation à une digitalisation croissante du service rendu.

Avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également