BNP Paribas : plus de 10 milliards d’euros de bénéfices nets en 2022 !

Le produit net bancaire de BNP Paribas a dépassé les 50 milliards en 2022, un record...

Publié le

Forte hausse des bénéfices nets

BNP Paribas a enregistré une croissance du résultat net de +7,5% par rapport à 2021 (+19,0% hors les éléments exceptionnels qui sont négatifs en 2022). Cette croissance forte est disciplinée et accompagnée d’un effet de ciseaux positif de 0,7 point (+1,5 point hors contribution au Fonds de Résolution Unique) grâce à des économies de coûts récurrentes de près de 500 millions d’euros en 2022 et à l’effet de l’adaptation du modèle opérationnel. Enfin, le Groupe bénéficie d’une gestion des risques de long terme, prudente et proactive, telle qu’illustrée par exemple par un coût du risque rapporté au résultat brut d’exploitation parmi les plus bas d’Europe.

Le résultat net part du Groupe s’élève ainsi à 10 196 millions d’euros en 2022, en forte hausse de 7,5% par rapport à 2021. Hors éléments exceptionnels, il s’établit à 10 718 millions d’euros, en très nette progression de 19,0% par rapport à 2021.

Bénéfices nets 2022 (M €)Bénéfices nets 2021 (M €)Bénéfices nets 2020 (M €)Bénéfices nets 2019 (M €)Évolution 2022 vs 2021

10 196
9 488
7 067
8 200
+7.50%

La rentabilité des fonds propres tangibles non réévalués est de 10,2%. Elle reflète les solides performances du Groupe BNP Paribas grâce à la force de son modèle diversifié et intégré. Au 31 décembre 2022, le ratio « common equity Tier 1 » s’établit à 12,3%.
PNB en hausse de +9%

Au total, le produit net bancaire, à 50 419 millions d’euros, est en forte croissance de 9,0% par rapport à 2021 (+6,6% à périmètre et change constants). Dans les pôles opérationnels, il est en forte augmentation de 10,4% par rapport à 2021 (+7,8% à périmètre et change constants). Les revenus de Corporate & Institutional Banking (CIB) sont en très forte progression, portée par la très bonne performance de Global Markets et de Securities Services,

et la hausse des revenus de Global Banking dans un marché défavorable. Les revenus de Commercial, Personal Banking & Services (CPBS)2 sont en forte augmentation de 9,3% (+7,2% à périmètre et change constants), portée par la forte croissance des banques commerciales (+8,0%) et par la très forte hausse des revenus des métiers spécialisés (+12,0%). Enfin, ils sont en hausse de 3,0% chez Investment & Protection Services (IPS) (+2,4% à périmètre et change constants) dans un contexte de marché défavorable, soutenus par la nette progression de la Banque Privée.
Frais en hausse

Les frais de gestion du Groupe, à 33 702 millions d’euros, sont en hausse de 8,3% par rapport à 2021 (+5,3% à périmètre et change constants). La performance opérationnelle est élevée et reflétée par un effet de ciseaux positif de 0,7 point malgré l’augmentation de la contribution au Fonds de Résolution Unique (+1,5 point hors cette contribution). Les frais de gestion incluent l’impact exceptionnel des coûts de restructuration et d’adaptation (188 millions d’euros) et des coûts de renforcement informatique (314 millions d’euros) pour un total de 502 millions d’euros (292 millions d’euros en 2021).

Pour l’année 2022, les frais de gestion du Groupe sont impactés par une hausse des taxes soumises à IFRIC 21 (dont la contribution au FRU3 ) qui augmentent de 398 millions d’euros par rapport à 2021. Ces taxes s’établissent à 1 914 millions d’euros en 2022, y compris la contribution au FRU3 pour 1 256 millions d’euros en 2022 (967 millions en 2021).
RBE : +10.5%

Le résultat brut d’exploitation du Groupe s’établit ainsi à 16 717 millions d’euros, en forte augmentation de 10,5% par rapport à 2021 (+9,3% à périmètre et change constants). Le coût du risque, à 2 965 millions d’euros est en légère hausse de 1,4% par rapport à 2021. Il inclut en 2022 l’impact exceptionnel de la « loi sur l’assistance des emprunteurs » en Pologne pour 204 millions d’euros au troisième trimestre 2022. A 31 points de base des encours de crédit à la clientèle, il s’établit à un niveau bas. La dotation sur créances douteuses (strate 3) est à un niveau

bas. La dotation de provisions sur encours sains (strates 1 et 2) s’établit en 2022 à 463 millions d’euros avec des dotations liées aux effets indirects de l’invasion de l’Ukraine, de la hausse de l’inflation et des taux, partiellement compensées par des reprises de provision liées à la crise sanitaire et à des effets de changement de méthodes afin de s’aligner sur des standards européens pour 251 millions d’euros au quatrième trimestre 2022.
Objectifs revus à la hausse

Le Groupe vise ainsi un objectif de croissance annuel moyen du résultat net part du Groupe de plus de 9% entre 2022 et 2025. Soutenue par l’exécution de rachats d’actions chaque année et en particulier en 2023, le Groupe anticipe une croissance annuelle moyenne forte et régulière du bénéfice net par action de plus de 12% soit une progression de 40% sur la période 2022-2025.

Avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également