Afer : 50.000 épargnants floués emportent une victoire historique, 16 ans après les faits

Il aura fallu pas moins de 16 ans pour que les épargnants floués dans l’affaire de l’Afer, ces fonds détournés par les fondateurs, emportent enfin une victoire qualifiée d’historique par Gérard Bekerman.

Publié le  à 0 h 0

De 15€ à plusieurs milliers d’euros d’indemnisation pour 50.000 adhérents

C’est l’association de consommateurs UFC-Que Choisir qui détaille de nouveau sur son site la longue lutte des adhérents pour obtenir réparation. Pas moins de 16 années d’attente et de procédures. A l’époque les actions de classe n’étaient pas possible. Aujourd’hui le combat serait bien différent.

La décision de la cour d’appel de Versailles ordonnant, le 6 juillet dernier, la restitution à plusieurs dizaines de milliers d’adhérents de l’Afer une partie des sommes détournées à leur insu et confisquées par l’État a été saluée comme une « victoire historique » par Gérard Bekerman, président de l’emblématique association d’épargnants (plus de 50 milliards d’euros d’encours d’assurance vie).

Pour rappel, l’Afer, cofondée en 1976 par Gérard Athias (récemment décédé) a connu un véritable succès, les épargnants s’étant rués vers ce contrat associatif novateur pour son époque. Le contrat de l’Afer souscrit par l’association auprès de la compagnie La Paix (fondue ensuite dans L’Abeille puis Aviva) est rapidement devenu la référence du marché.

Gérard Athias devient alors l’un des porte-parole vedettes de la défense des assurés. Mais en décembre 2000, la révélation par le courtier François Nocaudie d’une obscure affaire de rétrocommissions sur frais change la donne. On apprend ainsi que fin 1986, Gérard Athias et un autre fondateur, André Le Saux, avaient décidé, en accord avec l’assureur mais sans en informer les adhérents, de créer une société de courtage, la SNC Sinafer. Détenue à 90 % par les deux dirigeants, cette structure leur a permis d’engranger au fil des ans près de 129 millions d’euros au titre des commissions perçues sur les contrats (montant estimé par la justice sur la base des primes versées par les adhérents entre décembre 1986 et fin juillet1997). Mis en examen, les deux hommes sont renvoyés devant le tribunal correctionnel à l’issue d’une instruction qui a fait couler beaucoup d’encre. Le scandale a durablement déstabilisé l’Afer.

Entre 2001 et 2005, pas moins de cinq présidents se sont succédé à sa tête au gré d’alliances qui se nouaient un jour pour mieux se défaire le lendemain. En 2007, la reprise en mains de l’association par Gérard Bekerman siffle la fin de partie.

Avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également