Taux directeurs positifs de la BCE, les banques font de nouveau des économies en plaçant leurs liquidités : 16 milliards d’euros de cash placés en un seul mois

La fin des bulles financières ?

La sécheresse des liquidités ce n’est pas pour demain. Les banques en regorgent. Mais désormais, comme la Banque centrale européenne (BCE) n’applique plus de taux négatifs sur les dépôts des banques, ces dernières lui confient à nouveau leurs liquidités. En un mois, 16 milliards d’euros ont ainsi rejoint la BCE. Et attention, il s’agit bien de casf, en liquide, des billets en euros, des coupures de 200 et 500 euros.

Taux fixes directeurs de la BCE
Taux

Taux de refinancement
0.50 %

Taux de dépôt au jour le jour
0.00 %

Taux de prêt marginal au jour le jour
0.25 %

Depuis la hausse des taux directeurs de la BCE, fin juillet dernier, les banques placent leurs excès de liquidités auprès de la BCE sans avoir à payer. Elles sont donc moins fortement incitées à prêter coûte que coûte. Cela tombe bien, car les risques sont grandissants, et elle disposent de cash en billets de banques dont elles n’ont pas besoin. Ainsi, ce sont surtout des billets de 200 et 500 euros, que les consommateurs n’utilisent pas.
Diminution de 1% des billets en cours de circulation

« Une diminution d’environ 1 % des billets en euros en circulation (en valeur) a été enregistrée au cours des trente derniers jours », explique un porte-parole de l’institution, confirmant une information de Bloomberg. Avec actuellement 29 milliards de billets en circulation pour une valeur de 1.600 milliards d’euros, cela représente environ 16 milliards d’euros.

« Cette baisse peut être attribuée au fait que les banques ont renvoyé les grosses coupures (principalement les 500 et 200 euros) des coffres vers les comptes de leur banque centrale », poursuit le porte-parole, qui n’y voit pas une désaffection pour l’argent liquide, le nombre total de billets ayant augmenté depuis leur introduction, il y a vingt ans.
80 millions d’euros d’économies pour les banques

A présent que le taux est revenu à zéro dans un contexte plus général de remontée des taux, le calcul est simple pour le secteur bancaire : avant le 27 juillet, laisser dormir à la banque centrale 16 milliards d’euros (le montant des billets retirés depuis un mois) lui aurait coûté 80 millions d’euros. Un service devenu à présent gratuit, d’autant plus appréciable que conserver soi-même ses billets de banque est coûteux (coffre-fort, gardiennage...).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.