Orange Bank : un objectif de 400.000 clients dès la 1ère année !

Orange bank : un lancement 2017 qui devrait faire du bruit...

Si le marché de la banque en ligne en France n’a pas atteint le niveau des pays voisins, la faute toujours à notre difficulté de changement de banque, les planètes semblent bien s’aligner pour le lancement prochain d’Orange bank.

- les clients n’ont pas apprécié la mise en place des frais de tenue de compte

La goutte d’eau de trop. Non seulement de plus en plus de Français ont du mal à accepter cet accord (réfuté par les banques) entre les différentes banques à réseaux pour la mise en place des frais de tenue de compte, en parfaite synchronisation, mais l’idée de ne plus dépendre d’une agence bancaire physique séduit également de plus en plus. La relation entretenue avec son chargé de clientèle n’a plus de valeur depuis que les call centers répondent de façon industrielle à leurs clients. Alors à quoi entretenir une ancienneté dans une banque si cette première n’a plus de valeur ?

- La nouvelle réglementation concernant le changement de banque va dynamiser ce marché

La mobilité bancaire en France est totalement sclérosée, malgré tous les efforts déployés jusqu’à présent. Changer de banque reste un chemin de croix. Et les services de changement de banques proposés par les banques restent le plus souvent inutiles ou tout au plus inefficients. Les banques quittées balayant d’un revers de main les demandes de clôture de comptes effectuées, arguant que c’est à ses clients d’effectuer la demande, et non à un tiers.

A partir du 6 février 2017, la loi Macron permettra aux clients de changer de banque bien plus facilement. En effet, il reviendra aux banques de s’occuper de toutes les formalités lorsqu’un client voudra changer d’établissement, le tout de manière automatisée et dans des délais très encadrés.

2Orange bank : l’aventure est en marche pour devenir le Free de la banque2

Disposant de toutes les autorisations pour se lancer dans la banque, Orange se prépare à attaquer le marché dès le premier semestre 2017. Ses ambitions sont spectaculaires : 400.000 clients dès la première année, et 2 millions d’ici à 2024. Deux fois plus que les leaders historiques comme ING Direct ou Boursorama banque.

L’optique est simple, attaquer le marché par une valeur des services bien supérieure au prix payé, comme l’a fait Free en son temps. Avec des frais bancaires au ras des pâquerettes pour les mêmes services bancaires qu’ailleurs, avec quelques offres en plus, des réductions notamment, Orange bank va s’assureur de proposer les meilleures offres du marché. Etre le mieux disant à son lancement, c’est s’assurer une visibilité sans égale. Les bonnes recettes sont déjà connues. Des placements imbattables pour attirer les clients les plus rentables, et des frais bancaires les plus bas possibles, pour atteindre le plus rapidement possible la masse critique. Ce fameux nombre de comptes ouverts permettant d’absorber le coût du service.

Le risque d’un opérateur téléphonique devenant banquier ?

Cela prête encore à sourire. Alors que les plateformes de financement participatif foisonnent, que 38% des Français, selon un récent sondage publié par Deloitte, sont prêts aujourd’hui à ouvrir un compte ailleurs que dans une banque traditionnelle, la crainte d’un Orange devenant banquier n’est que dans les esprits des plus anciens. Tant mieux ! Ils ne sont pas dans la cible d’Orange de toutes façons.