Mobilité bancaire : seulement 4,7% des Français ont changé de banques en 2020, les autres n’en sont pas pour autant satisfaits !

changer de banque, une envie pour beaucoup, mais devant les démarches administratives, cela reste une envie...
Changer de banque, beaucoup en parlent, peu le font

L’ACPR (Banque de France), organisme en charge du contrôle et de la régulation du secteur bancaire en France, a publié son étude sur la mobilité bancaire en 2020. Le premier constat édifiant est que la mobilité bancaire n’avance toujours pas plus en France. Au contraire, avec la crise sanitaire, sans doute, le taux de changement de banques est en baisse en 2020 à seulement 4.7%, contre 5.5% en 2019.
De nombreuses mesures pour si peu de résultats

Les banques ont désormais l’obligation de fournir un service de changement de banque, mais il faut reconnaître que cela ne résout pas le problème. Changer de banque est certes plus facile, mais reste une opération délicate. Ce dispositif d’aide à la mobilité bancaire permet aux clients particuliers de bénéficier gratuitement, à l’occasion de l’ouverture d’un nouveau compte, du transfert automatisé des domiciliations des opérations de paiement récurrentes, en demandant le cas échéant la clôture du compte associé. Il avait été instauré début 2017, afin de favoriser la concurrence dans le secteur. Un demi échec donc.
Seulement 1,25 million de clients change de banque

Le constat de l’ACPR, via cet indicateur, confirme le reflux observé sur le marché . Après des années de hausse, le taux d’attrition, qui était passé de 2,5 % à 5,5 % entre 2014 et 2019, est retombé à 4,7 % en 2020, un taux représentant environ 1,25 million de clients, selon une récente étude de Bain & Company.
Fermer un compte bancaire reste une épreuve !

Clôturer un compte auprès d’une banque reste parfois le parcours du combattant. Les exemples de courrier RAR non acceptés par les agences bancaires reflètent une certaine volonté de ne pas donner suite. L’ACPR déplore de son côté de « des retards importants en matière de clôture de compte », même s’il y a du progrès (53 jours en moyenne en 2020, contre 93 jours en 2019). Ces retards peuvent s’expliquer, notamment, par « la persistance d’un découvert ou encore la non-restitution des moyens de paiement ». Pour y remédier, l’Autorité invite les banques à mieux informer les clients sur les règles à suivre afin d’anticiper tout blocage éventuel.
Un taux d’échec hallucinant !

Le taux moyen de rejet de mobilité demeure par ailleurs significatif, selon l’ACPR, à environ 9 % en 2020 (contre 10 % en 2019). Près d’une demande sur dix de mobilité bancaire échoue... L’on comprend mieux pourquoi les Français ont du mal à changer de banque.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.