Les contrats d’assurance-vie souscrits auprès des banques ne sont pas plus garantis que les autres !

2Banques ou courtiers en ligne en assurance-vie : la même garantie !2

Une partie des épargnants détenant des contrats d’assurance-vie moribonds, souscrits auprès de banques à réseaux, pensent encore qu’ils prennent moins de risques ainsi. C’est totalement illusoire. Le risque de faillite porte, pour un contrat d’assurance-vie, sur l’assureur du contrat et en aucun cas sur l’intermédiaire qui vous a fait souscrire le contrat.

- Les banques ne sont pas des assureurs !

La Banque Postale, la Caisse d’Epargne, le Crédit Agricole, etc. Toutes ces banques à réseaux ne sont pas les assureurs des contrats d’assurance-vie qu’elles vous proposent de souscrire. Au mieux, les assureurs des contrats sont des filiales du même groupe que la banque. Au pire, aucun lien capitalistique n’existe. Les banques ne sont que des intermédiaires financiers. Elles perçoivent une commission, notamment les frais sur versement, et une partie des frais de gestion sur les unités de compte. C’est tout.

- Les courtiers en assurance-vie ne sont pas des assureurs !

De la même façon, les courtiers en assurance-vie ou les CGP ne sont que des intermédiaires, ils perçoivent des rétro-commissions sur les capitaux placés. Ni plus, ni moins. Avoir peur de la faillite d’un courtier en ligne en assurance-vie est donc ridicule. La seule crainte à avoir porte sur la faillite de l’assureur du ou des contrats souscrits.

- Faillite d’un assureur, quelle garantie ?

La garantie théorique en assurance est de 70.000€ par assuré et par assureur. Cette garantie ne concerne donc pas les contrats, mais la relation assuré/assureur. Ainsi, si vous avez trois contrats auprès du même assureur, vous n’avez pas plus de garanties qu’avec un seul contrat. Ce fonds de garantie est théorique, puisqu’en cas de faillite d’un assureur, il y a fort à parier que tout le système financier sera dans un sale état, les banques en première ligne de mire. CQFD.