Hausse des taux d’intérêts, flambée du dollar : Et après ?

2Hausse des taux US et flambée du dollar2

Attendue depuis maintenant un an, presque jour pour jour, la seconde hausse de taux de la FED aura été bien longue à venir. Janet Yellen est maintenant convaincu que les USA sont en pleine phase de croissance durable et qu’un retour à une politique monétaire conventionnelle peut être effectué.

- 3 nouvelles hausses de taux américains prévues sur 2017

Bien que la FED s’en défende il faut nul doute que les élections présidentielles ont joué. La Fed aurait du augmenté son taux avant les élections, mais à préférer décaler son action, histoire d’apaiser une situation déjà délicate. Pour 2017, l’institution prévoit 3 nouvelles hausses de [a[taux d’intérêt]a]. Et c’est sans doute ce qui propulse le dollar au plus haut depuis 13 ans.

- Plus bas historique de l’Euro face au Dollar depuis 13 ans

Toujours est-il que l’impact direct est l’envolée du dollar face aux autres devises. Il faut actuellement moins d’1.04 dollar américain pour obtenir 1 euro.

2Taux en Europe, toujours en hausse2

La BCE n’a de son côté pas laissé entrevoir la moindre hausse de ses taux directeurs. Mais du côté des taux d’intérêts pratiqués sur les marchés, l’histoire est toute autre. Les taux des [a[obligations]a] souveraines en Europe ne cessent d’augmenter. Ils partent certes de très bas. Si la situation n’a rien d’inquiétant, la tension sur les taux d’intérêts devrait donc rapidement impacter les particuliers. Les taux des [a[crédits immobiliers]a] sont déjà orientés à la hausse.

La France devra emprunter 185 milliards d’euros en 2017. Avec un taux en hausse de près de +120%, le coût de la dette risque bien de s’envoler. Pour mémoire, le coût de la dette était un sujet critique il y encore seulement 36 mois... Rien n’a été résolu depuis, évidemment.

- Taux d’emprunt de la France en décembre : 0.86% (0.37% en moyenne sur 2016)

Evidemment, les taux des obligations d’Etat ne sont pas directement corrélés aux taux des crédits immobiliers proposés aux particuliers. Néanmoins, le monde de la finance est un jeu d’équilibre, et et entre l’[a[inflation]a], la croissance et les taux d’intérêts, le triptyque est toujours en équilibre. Si aucune corrélation de fait n’existe entre les [a[taux des OAT]a] et ceux des crédits immobiliers,

2Et après ? 2

Pour les particuliers, hormis la flambée du dollar, ce sera surtout la hausse des taux des crédits, aussi bien à la consommation qu’en immobilier le fait le plus marquant.

2Risque systémique si les taux grimpent trop vite !2

Aux abris ! Tout le monde redoute une forte remontée des taux d’intérêts. Si le gouvernement a pour une fois pris les devants en mettant en place des pare-feux sur l’assurance-vie (le fameux article 21 bis de la loi sapin II), après l’avoir fait sur les banques en 2013, le pire n’est pas exclu. Les professionnels sont assez résignés, si cette mesure entre en application, de toutes façons, ce sera la panique partout. C’est donc pour le moins rassurant...

Les taux de l’épargne seront de nouveau à la hausse en 2017, mais à un rythme lent. Evidemment, le tout lié à une inflation morne, la croissance molle sera une nouvelle fois au rendez-vous en 2017, comme l’estime L’INSEE : 0.3% à 0.4% aux deux premiers trimestres 2017.