Croissance en France : un premier trimestre 2016 attendu en forte hausse (+0,4 %)

2Baisse du climat des affaires en décembre, mais hausse des prévisions pour 2016 !2

En décembre 2015, le climat des affaires en France s’infléchit légèrement. L’indicateur qui le synthétise, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité, perd un point. Il se situe à 101, un niveau un peu supérieur à sa moyenne de long terme (100) atteinte à l’été. Le climat progresse d’un point dans l’industrie et le bâtiment. Il perd deux points dans les services et quatre dans le commerce de détail.

2Des prévisions effectuées sur le prix d’un baril de pétrole à 50$ !2

En prévision jusqu’à mi-2016, la croissance resterait solide aux États-Unis et au Royaume-Uni, de nouveau assise sur une demande intérieure vigoureuse. Dans la zone euro, la dépréciation de la monnaie unique, proche de son plus bas niveau depuis 2003 face au dollar, donne un motif d’optimisme supplémentaire quant au rebond des exportations. La politique accommodante de la Banque centrale européenne a également entraîné une baisse des taux d’intérêt, incitant ménages et entreprises à investir davantage. Enfin, le cours du pétrole a atteint en novembre son plus bas niveau depuis début 2009, ce qui renforce le pouvoir d’achat des ménages et la situation financière des entreprises.

Ces impulsions, l’amélioration du climat des affaires depuis le début de l’année et la hausse rapide du pouvoir d’achat des ménages suggèrent une

augmentation progressive de la croissance en France. Les attentats meurtriers du 13 novembre à Paris conduisent pourtant à modifier ce scénario à

court terme, à cause des craintes qu’ils suscitent

auprès des consommateurs et des touristes. De ce

fait, l’infléchissement de certaines activités de

services serait le principal facteur du ralentissement

du PIB au quatrième trimestre, qui n’augmenterait

que de 0,2 %. Au premier semestre 2016, ces effets

ne pèseraient quasiment plus sur la croissance, sans

provoquer pour autant de contrecoup. En outre, les

dépenses d’investissement en logement cesseraient

quasiment de baisser dès la fin 2015 après plus de

deux années de fort recul. Par ailleurs, la situation

financière des entreprises, qui s’est déjà fortement

redressée en 2015, s’approcherait encore un peu

plus de sa moyenne d’avant-crise ; avec des

perspectives de demande plus affirmées et le

dispositif d’incitation de suramortissement, leurs

dépenses d’investissement productif resteraient

soutenues.

Au total, l’économie française accélérerait au

premier trimestre 2016 (+0,4 %), en conservant ce

rythme au deuxième trimestre. Après une année de

reprise modérée en 2015 (+1,1 %), l’acquis de

croissance pour 2016 atteindrait presque ce niveau

dès la mi-année (+1,0 %). Avec la reprise de

l’activité et le développement des dispositifs visant à

enrichir la croissance en emplois, l’emploi

marchand continuerait de progresser d’ici juin

2016. En tenant compte des branches non

marchandes, l’emploi total progresserait plus vite

que la population active et le taux de chômage

baisserait, compensant sa hausse récente pour

atteindre en France 10,4.% mi-2016, soit son

niveau de mi-2015.

Divers aléas sont associés à ce scénario. Tout

d’abord, les évènements dramatiques de Paris sont

venus ajouter, en dehors de l’affaiblissement

important et immédiat de certaines branches

d’activité, une plus grande incertitude : que les

différents agents diffèrent davantage leurs

dépenses et cela enrayera plus encore la reprise en

cours. À l’inverse, les craintes pourraient se dissiper

plus vite qu’attendu. Par ailleurs, les prévisions sur

les économies émergentes sont plus fragiles que

d’habitude, avec des conséquences sur le

commerce mondial : alors qu’un redressement

modéré a été anticipé, leurs importations pourraient

accélérer fortement par contrecoup de leur chute

début 2015 ; un nouveau déclin de la demande

émergente ne peut pas non plus être exclu.

Documents joints

  • Note de conjoncture de l’INSEE, décembre 2015Télécharger

    - PDF - 751.4 ko

    L’économie française accélérerait au premier trimestre 2016 (+0,4 %), en conservant ce rythme au deuxième trimestre. Après une année de reprise modérée en 2015 (+1,1 %), l’acquis de croissance pour 2016 atteindrait presque ce niveau dès la mi-année (+1,0 %). Avec la reprise de l’activité et le (...)