Crédit : le volume accordé en hausse de près de 4%

Le nombre de crédits octroyés par les banques en 2015 repart à la hausse, une bonne nouvelle ?

Les crédits à l’économie ont l’an dernier enregistré une progression de 3,9%, nettement supérieure à la croissance économique, pour un encours total qui approche désormais le niveau record de 2 100 milliards d’euros (2 089 milliards au 31 décembre) selon les statistiques de la Banque de France.

- Des crédits aux particuliers dynamiques

A fin 2015, les crédits aux particuliers sont en hausse de 4,2% à 1 055 milliards d’euros. Le financement des projets immobiliers, qui représente 82% des crédits accordés aux ménages, est en hausse de 4,1% sur un an (encours de 867 milliards d’euros) et le crédit à la consommation progresse à un rythme équivalent (encours de 153 milliards d’euros).

46,5% des ménages français détenaient un crédit en 2015, selon l’Observatoire des crédits aux ménages.

- Le financement aux entreprises au meilleur niveau européen

L’encours de crédits aux entreprises a cru de 4,1% sur un an. Il est au total de 871 milliards d’euros à fin 2015. Les crédits nouveaux octroyés par les banques aux entreprises ont représenté 22,7 milliards d’euros en décembre et plus de 19 milliards en moyenne chaque mois, à comparer à une moyenne mensuelle de 15 milliards en 2014(3). La France se situe ainsi au meilleur niveau de la zone euro pour les crédits accordés aux entreprises.

- Le financement des TPE/PME, première priorité stratégique des banques françaises

Selon le communiqué de la FBF, plus d’un million de TPE/PME bénéficient de la moitié des crédits mobilisés en faveur des entreprises, soit 374 milliards d’encours à fin décembre 2015, en croissance de 2%. L’an dernier, plus de 8 PME sur 10 (84%) ont obtenu les crédits de trésorerie demandés, soit 4 points de mieux que fin 2014. Le taux d’accès dépasse les 9 sur 10 (94%) pour les financements de projets d’investissement.

- Reprise des crédits, une vraie bonne nouvelle ?

Je sais, je sais... Les économistes disent que c’est un bon signe pour l’économie. De mon point de vue, c’est juste prendre de la vitesse pour sauter un mur, si l’on ne va pas assez vite, on se prend le mur plus rapidement. En clair, le crédit est juste un leurre économique. La politique menée ces 30 dernières années par tous nos gouvernements successifs montrent combien recourir au crédit est reculer, pour prendre de l’élan, mais le plus souvent pour moins bien sauter... Mais bon, je ne suis pas économiste.