Banques traditionnelles : 38% des Français prêts à les quitter !

Pour la sixième année consécutive, Deloitte étudie l’évolution de la relation qu’entretiennent les Français avec leur banque.Le constat est clair, la fin des banques traditionnelles, avec un modèle d’agences bancaires, est proche. Pendant longtemps, les dirigeants des grandes banques à réseaux ont balayé d’un revers de main l’émergence des banques en ligne. Maintenant que le marché devient mature, ces banques possèdent toutes, en direct, ou via une filiale, une ou plusieurs banques en ligne.

- Marché bancaire : les lignes bougent

Mais ce n’est encore rien. Les néo-banques, ces banques sorties de nulle part, ont le vent en poupe. La France est une nouvelle fois à la traîne sur ce marché. Mais après [a[Soon]a], le compte Nickel, ce sera au tour d’Orange Bank de venir détruire un peu plus les plates-bandes si longtemps protégées des banques à réseaux. Les agences bancaires en dur, plus personne n’en veut. La dernière étude de Deloitte sur les usages bancaires est claire. Les agences bancaires représentent moins d’un quart de la relation client.

Source Deloitte L’offre relationnelle omnicanale proposée par les banques satisfait la quasi totalité des clients (92%), mais elle se banalise : alors que 40% des Français étaient « très satisfaits » des canaux de communication mis à disposition par leur banque pour communiquer avec elle en 2015, ils ne sont plus que 34% en 2016.

Par ailleurs, alors que les clients ont de moins en moins recours aux services de l’agence pour se tourner vers les services en ligne, on constate une évolution des usages : l’utilisation d’Internet fixe diminue tandis que celle des applications mobiles augmente, avec en moyenne 10,6 utilisations mensuelles pour consulter ses comptes, contre 9,9 en 2015.

- Frais de tenue de compte, la goutte d’eau de trop...

Alors que les banques avaient déjà mauvaise image auprès des consommateurs, l’instauration conjointe et probablement concertée des frais de tenue de compte aura achevé les clients plus fidèles. Ce ne sont pas ces 2€ par mois qui trouent le budget des Français, mais en plus des frais d’agios et des frais d’interventions, payés par un tiers des clients, cela devient usant.

- Compte Nickel : plus d’ouvertures par mois qu’une banque en ligne !

Le compte Nickel cartonne, avec plus de 25.000 ouvertures mensuelles. Pourquoi ? Même si au final ce n’est pas vraiment moins cher que les [a[frais bancaires]a] d’une banques en ligne, au moins, les clients sont assurés de ne pas se faire ponctionner sur des frais d’agios ou ces autres frais d’intervention. Ces frais représenteraient jusqu’à 30% des revenus des banques classiques.

Etude Deloitte : Modalités privilégiées d’échanges, niveau de confiance, évolution de la relation de proximité avec l’agence, le baromètre 2016 présente les résultats de l’enquête menée auprès de plus de 3 300 clients dans 21 banques différentes.