Retraite : la réforme n’est pas le signe d’une société qui privilégie l’avenir(Noyer)

2Retraite : la réforme n’est "pas le signe d’une société qui privilégie l’avenir"(Noyer)2

"Augmenter les annuités sans toucher àl’âge légal de départ revient àprotéger ceux qui ont aujourd’hui entre 58 et 63 ans, au détriment des jeunes, qui devront cotiser 42, 43 ans ou auront une petite retraite", dit-il dans l’entretien mis en ligne jeudi sur le site du quotidien.

"Ce n’est pas le signe d’une société qui privilégie l’avenir", déclare-t-il.

Il estime en revancheque "le gouvernement a eu raison de retarder la date d’indexation des retraites", "manière la plus juste de faire contribuer les retraités àl’effort national".

Pour M. Noyer, "augmenter les cotisations, c’est probablement incontournable àcondition de compenser cette charge pour les entreprises". Selon lui, "un alignement des taux de CSG serait justifié àterme."

Le projet de loi sur les retraites sera présenté mercredi prochain en conseil des ministres. Il prévoit notamment un allongement progressif de la durée de cotisation jusqu’à43 ans, la hausse des cotisations vieillesse payées par les salariés et les employeurs et l’instauration d’un compte pénibilité.

retraite

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.