Réforme des retraites 2013 : Travailler plus longtemps n’est pas à l’ordre du jour

2Réforme des retraites : travailler plus longtemps n’est pas àl’ordre du jour !2

"Ne sont àl’ordre du jour ni le fait de travailler plus longtemps, ni le fait de réduire lespensions, ni le fait d’augmenter les cotisations", a assuré Mme Vallaud-Belkacem sur RMC et BFM-TV.

"Il y a d’autres solutions aujourd’hui qui existent : regardez par exemple les propositions que fait la CFDT - je ne dis pas que l’on va forcément s’inscrire exactement dans ce scénario-là- mais des systèmes par exemple de retraite àla carte ou des systèmes de retraite par points...", a-t-elle souligné.

La CFDT préconise une remise àplat du système de retraites, plaidant pour une réforme "systémique" avec une retraite "par points", sur le modèle des complémentaires.

"Il y a une multitude de réponses àapporter. C’est bien pour cela que les partenaires sociaux seront saisis de ce sujet et que nous nous donnons le temps de la réflexion", a poursuivi la ministre.

Elle a toutefois entretenu le flou sur le calendrier de la réforme envisagée par le gouvernement pour rétablir l’équilibre financier du système de retraite, dont le déficit pourrait atteindre plus de 20 milliards d’euros en 2020 selon le COR (Conseil d’orientation des retraites).

"Il y aura une réforme des retraites. La concertation s’engage au printemps 2013 entre les partenaires sociaux, elle sera àl’ordre du jour de la grande conférence sociale numéro deux de juillet 2013 et puis, dans les mois qui suivront, nous pourrons mener àbien cette réforme", a-t-elle rappelé, sans préciser si la réforme verrait le jour en 2013 ou serait repoussée à2014.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.