Cour des comptes : livret A et assurance-vie en ligne de mire

2Epargne : vers une rationalisation des niches fiscales2

Dans un rapport sur l’état de financement de l’économie française, la cour des comptes pointe du doigt les [a[niches fiscales]a].

La première cible est le [a[livret A]a], pour lequel elle préconise l’application de cotisations sociales au dessus de 15 300 €, une fois le doublement du plafond mis en place.

Relèvement de plafond, qui ne fait pas l’unanimité, car il pourrait porter préjudice àl’assurance-vie dans le cas d’un transfert massif des épargnants vers leur livret épargne préféré. L’ajout de cotisation sociales permettrait donc d’éviter cela.

2Assurance-vie : un rendement évolutif sur la durée ?2

Concernant l’assurance-vie, le contrat est dans la ligne de mire de la Cour des comptes. Le mot d’ordre est la "rationalisation" du [a[placement]a] afin d’inciter les particuliers àépargner sur le long terme.

A ce titre, la cour des comptes soumet l’idée d’un réaménagement du profil des taux de prélèvements et celle d’une rémunération "différenciée" selon la durée de détention.

Une mesure qui pourrait modifier l’horizon de placement de l’assurance-vie en l’orientant davantage comme un produit [a[retraite]a] ou successoral. Au risque d’amoindrir l’attrait des épargnants qui apprécient le caractère souple du placement en période de doute économique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.