Retraite : échec des négociations sur la pénibilité du travail

2Retraite : Syndicats et patronat n’arrivent pas àse mettre d’accord...2

Mercredi 22 février 2012, les négociations entre les syndicats et le patronat dans la métallurgie ont échoué.

En effet, la fin des négociations sur la pénibilité au travail qui devait déboucher sur un accord entre les différentes parties afin de mettre en place des conventions sur la retraite n’ont pas débouché sur la signature des fédérations syndicales.

Les fédérations FGMM-CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO ont toutes refusé de parapher le projet d’accord de branche proposé par l’UIMM (patronat), a indiqué la CFDT, pour qui il manquait dans le texte "un volet réparation et compensation" des pénibilités.

De son côté, l’UIMM a estimé dans un communiqué que "les discussions ont permis d’avancer de manière significative sur la prévention des risques professionnels et la pénibilité". En revanche, l’organisation patronale a pris acte de "la divergence concernant la réparation de la pénibilité et plus particulièrement la mise en place d’un dispositif de cessation anticipée d’activité de fin de carrière".

Pour la fédération métallurgie de la CFDT, le projet était "très insuffisant", ne comportant qu’un "unique volet (...) sur la prévention des pénibilités, avec des aspects intéressants mais sans moyens effectifs de mise en oeuvre dans les entreprises".

Cet échec est un coup dur pour les salariés du secteur, puisque la nouvelle réforme des retraites ne prévoit pas des réglementations spécifiques sur la pénibilité au travail. Il faudra donc reprendre les discussions àune date ultérieure afin de trouver un accord qui satisfera l’ensemble des acteurs.

retraite

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.