Crédit Agricole : explosion des bénéfices nets

Crédit Agricole SA a dégagé au deuxième trimestre un bénéfice net en forte hausse et supérieur aux attentes, à920 millions d’euros, contre 17 millions un an auparavant quand le groupe avait été plombé par sa participation dans la banque portugaise BES. Les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice trimestriel de 859 millions d’euros, selon un consensus diffusé par FactSet.

Le groupe Crédit Agricole a passé, par ailleurs, une nouvelle provision pour litiges dans le cadre d’une enquête aux Etats-Unis sur d’éventuelles infractions àla loi sur les paiements en dollars vers des pays soumis àembargo, dossier dont la banque attend la résolution pour 2015. Au terme de discussions "très avancées" avec les autorités américaines, "nous avons considéré que nous devions augmenter notre provision pour litiges de 350 millions d’euros", a indiqué mardi le directeur général de Crédit Agricole SA, Philippe Brassac, lors de la présentation des résultats trimestriels. La banque n’a pas souhaité détailler le montant dévolu au dossier américain, mais le montant total de la provision pour litiges du groupe atteint désormais 1,6 milliard d’euros.

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice net de CASA progresse de 6,2% sur un an, et celui du groupe Crédit Agricole, qui intègre la totalité du résultat des caisses régionales, est stable à1,5 milliard d’euros. Ce sont les pôles épargne et assurances (gestion d’actifs, banque privée et assurances) et services financiers spécialisés (crédit àla consommation, leasing...) qui tirent la croissance, avec respectivement des bénéfices en hausse de 16,7% (à457 millions d’euros) et de 45,2% ( à125 millions d’euros).

Crédit agricole S.A. a dévoilé également une réorganisation autour de sept grands pôles, un "choc de simplification" voulu pour s’adapter aux évolutions programmées du secteur bancaire. Mais le projet de réorganisation "ROC", comme réorganisation de l’organe central, qui prévoyait notamment de modifier les équilibres de pouvoir du groupe vers une structure de tête contrôlée par les caisses régionales du Crédit agricole, attendra, s’il doit voir le jour. "Des projets ont bien été étudiés. Cependant, le groupe Crédit agricole annonce que les projets relatifs àun changement de gouvernance n’ont pas pu être validés par la BCE en raison de contraintes réglementaires qui ne peuvent pas être levées", commente de son côté Oddo Securities dans une note.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.