EuroCroissance : l’Afer va placer 1 milliard d’euros dans les PME et ETI d’ici un an

L’[a[Afer]a], la principale association d’épargnants française, va prendre l’engagement, devant le président de la République, d’investir 1 milliard d’euros dans les PME et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) françaises d’ici àun an. « â€‰La plus grosse part de cet investissement doit être réalisée d’ici àla fin de l’année  », annonce aux « â€‰Echos  » Gérard Bekerman, le président de l’Afer.

« â€‰Nous avions déjàinvesti, pour le compte de l’Afer, 600 millions d’euros dans les PME et ETI, en dette ou en fonds propres, àtravers différents véhicules  », rappelle de son côté Nicolas Schimel, le directeur général d’Aviva France, le partenaire assureur historique de l’Afer.

2Des réserves vides sur le fonds euros et d’importantes liquidités àplacer2

L’association d’épargnants avance plusieurs raisons àcet effort supplémentaire de 1 milliard d’euros. Il s’agit évidemment pour elle de trouver du rendement pour soutenir la rémunération de ses produits d’épargne, dans un contexte de taux historiquement bas très pénalisant pour l’assurance-vie. « â€‰C’est dans l’intérêt de nos 730.000 adhérents. Nous n’avons plus de trésors dans nos fonds généraux. Il faut donc aller les chercher aujourd’hui dans les PME", explique Gérard Bekerman. « â€‰C’est une inflexion significative de notre politique de gestion d’actifs. La durée de détention moyenne d’un contrat àl’Afer est de dix-sept ans. Cela permet donc d’avoir une vision de long terme et d’aller vers cette classe d’actifs qui présente un différentiel de rendement intéressant  », détaille Nicolas Schimel,

- L’[a[euroCroissance]a] comme rebond pour les rendements ?

« â€‰L’Afer dispose de liquidités abondantes. Elles doivent servir àfaire de l’assurance-vie un outil indispensable au financement des PME, de l’économie réelle, pour une France qui gagne. Il est temps que l’assurance-vie devienne plus citoyenne. Si elle se met au service des PME et des ETI, cotées ou non, cela va favoriser l’emploi, la croissance et l’investissement  », affirme Gérard Bekerman. Dans cette optique, l’Afer espère faire des émules parmi les assureurs.

Il n’en reste pas moins que l’association espère voir ses efforts payés de retour, alors que le gouvernement a fait du financement des entreprises une priorité. « â€‰  En contrepartie, nous demandons au président de la République qu’il s’engage àpréserver dans la durée les règles juridiques, fiscales et sociales de l’assurance-vie  », conclut Gérard Bekerman

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.