Retraite : l’âge légal bientôt repoussé à 64 ans ?

2Les régimes de retraites complémentaires, l’Argic et l’Arrco en faillite avant 10 ans2

Ces régimes versent une part importante des pensions de retraites des salariés du privé et il leur manquerait six milliards d’euros d’ici 2018. Un constat partagé par la Cour des comptes puisque dans un rapport àparaître jeudi, elle estime qu’il faudrait notamment repousser de deux ans l’âge de la retraite, et donc travailler jusqu’à64 ans et non plus 62 pour redresser les comptes des régimes complémentaires.

Le Medef vient de se trouver un allié de poids dans les négociations sur l’avenir des retraites complémentaires. Pour sauver l’Agirc (cadres) et l’Arcco (non-cadres), menacés par l’accumulation de déficit ces dernières années, la Cour des Comptes préconise dans un rapport choc -qui sera publié jeudi mais dont le Parisien dévoile des extraits ce lundi- de relever l’âge de départ àla retraite pour bénéficier d’une retraite complémentaire pleine dans le privé.

Dans ce rapport, baptisé « Garantir l’avenir des retraites complémentaires des salariés (Agirc et Arrco) », les Sages de la rue Cambon envisagent une hausse de deux ans de l’âge de départ àla retraite obtenue par une augmentation « d’autant des âges légaux de départ ». L’âge légal étant actuellement à62 ans, cela signifie qu’il faudrait travailler jusqu’à64 ans pour toucher sa retraite complémentaire. Cette mesure dégagerait une marge de financement cumulée de 59 à94 milliards d’euros, selon les auteurs.

2L’AGIRC en faillite d’ici 4 ans2

L’Agirc est dans la situation la plus critique. Avec 2,7 millions de retraités pour seulement 4 millions de cotisants, son déficit technique (c’est-à-dire la différence entre les ressources et les charges) s’est creusé à3,272 milliards d’euros l’an dernier. Ses réserves, de 16,1 milliards d’euros en 2013, lui permettent de continuer àverser les retraites mais elles devraient s’assécher dès 2018, rappelle la Cour des comptes. Une situation alarmante lorsque l’on sait que le régime ne peut pas réaliser d’emprunt pour payer les pensions.

L’Arrco, qui gère les retraites complémentaires des non-cadres, bénéficie d’un léger répit. Avec 18,1 millions de cotisants pour 11,9 millions de retraités, son déficit atteint 3,848 milliards d’euros mais ses réserves avoisinent les 63 milliards. Si rien n’est fait, l’Arrco sera àsec en 2027. Et les déficits globaux du couple Agirc-Arrco se creuseront à15 milliards d’ici 2030, selon le rapport.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.