Assurance-Vie, Gestion Pilotée AltaProfits : performances 2021 des profils gérés par Lazard Frères Gestion et Pictet Asset Management

Altaprofits, Société de Conseil en Gestion de Patrimoine sur Internet, propose deux gestions pilotées accessibles dès 300 euros de versement pour sa gamme de contrats assurés par Generali Vie :
l’une, sur les conseils de Lazard Frères Gestion au savoir-faire patrimonial, l’autre, sur ceux de Pictet Asset Management, pionnier et leader de la gestion thématique dans un univers de fonds (eau, biotechnologie, sécurité, robotique, …).

Performances 2021 pour les gestions pilotées Altaprofits pour les contrats altaprofits vie, altaprofits capitalisation, Altaprofits PEP assurés par Generali Vie :
Jusqu’à + 14,24 % sur les conseils de Lazard Frères Gestion, Jusqu’à + 8,48 % sur les conseils de Pictet Asset Management.

« Offrir au sein d’un même contrat des profils de gestion pilotée gérés par des maisons différentes est source de diversification pour l’épargnant qui choisira sa gestion pilotée en fonction de son appétence aux risques et du sens qu’il souhaite donner à son épargne. », « La qualité des performances en 2021 milite pour la délégation de la gestion financière de son contrat d’Assurance Vie. Les partenaires d’Altaprofits, Lazard Frères Gestion et Pictet Asset Management, conseillent Generali Vie pour saisir des opportunités de marché et créer de la performances dans le temps. » confirme Stellane Cohen, présidente d’Altaprofits.
Performances 2021

Pour les contrats Altaprofits Vie, Altaprofits Capitalisation, Altaprofits PEP, performances 2021 vs 2020, celles cumulées sur plusieurs années et depuis l’origine, nettes de frais annuels de gestion des contrats (hors prélèvements sociaux et fiscaux) et de frais de mandat, se présentent comme suit selon les contrats et les sociétés de gestion :

PROFILS
SRRI
Performances 2021
Performances 2020
Sur 3 ans
Sur 5 ans
Depuis origine [6]
Risque [
Risque]
Risque [7]

1
3
3,32 %
2,48 %
13,06 %
11,57 %
45,70 %
4,54 %

2
4
4,83 %
2,65 %
17,14 %
15,74 %
55,17 %
5,61 %

3
4
6,34 %
2,81 %
21,20 %
19,63 %
64,45 %
6,72 %

4
4
7,82 %
2,93 %
25,22 %
23,61 %
73,67 %
7,87 %

5
4
9,27 %
3,00 %
29,02 %
27,34 %
82,31 %
9,01 %

6
4
10,83 %
2,83 %
32,72 %
31,19 %
92,81 %
10,18 %

7
5
12,10 %
2,47 %
35,75 %
34,05 %
99,51 %
11,27 %

8
5
13,40 %
2,10 %
38,92 %
37,01 %
106,75 %
12,38 %

9
5
14,24 %
1,53 %
40,93 %
38,13 %
107,93 %
13,39 %

Carte Blanche
5
11,27 %
1,18 %
32,62 %
32,47 %
183,40 %
11,04 %

Pour les contrats Altaprofits Vie et Altaprofits Capitalisation, Fonds thématiques sur les conseils de Pictet Asset Management : jusqu’à + 8,48 % en 2021

PROFILS
SRRI
Performances 2021
Performances 2020
Depuis origine [8]
Risque [
Risque]
Risque [9]

Profil « Conviction »
4
8,48 %
18,30 %
28,56 %
6,30 %

Profil « Flexible »
3
1,79 %
14,00 %
16,12 %
3,90 %

A lire aussi : Assurance-vie / gestion profilée 2022 : palmarès des profils de gestion (rendements 2021)

Bilan 2021 & Perspective 2022

Par Julien-Pierre Nouen, Directeur des études économiques, Lazard Frères Gestion (groupe Lazard) : « Notre bilan 2021 se résume par une bonne lecture du scénario économique et des performances reflétant notre positionnement. Les portefeuille1 ont bénéficié d’un positionnement offensif en début d’année, découlant de notre anticipation d’un scénario de fort rebond. Les performances ont été soutenues par une exposition des actions dans la partie haute des marges de manœuvre autorisées et de la présence d’obligations d’entreprises. Dans la deuxième partie de l’année, nous avons réduit notre exposition aux actifs risqués suite à la hausse de l’inflation aussi bien en Europe qu’aux États-Unis.

En 2022, nous restons positifs avec une vigilance accrue. Dans un contexte d’inflation plus durable et de tensions plus fortes qu’anticipées sur le marché de l’emploi (main d’œuvre insuffisante), la persistance de taux bas aux niveaux actuels semble difficilement tenable en 2022. Les principales banques centrales restent jusqu’à présent accommodantes, mais le risque d’une surchauffe plus structurelle semble gagner en probabilité. En l’absence de résorption de l’inflation et de hausse de l’offre de main d’œuvre, les banques centrales pourraient resserrer leur politique monétaire au risque de freiner la croissance. Dans cet environnement, nous maintiendrons notre vigilance concernant l’inflation et notre réactivité sera essentielle quant à la l’évolution de celle-ci. Les risques liés à l’évolution de la situation sanitaire seront également suivis de près. ».

Par Hervé Thiard, Responsable France de Pictet Asset Management, société de gestion d’actifs du groupe Pictet, prenant en compte les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) : « 2021 a été une bonne année pour les marchés financiers. Les actions mondiales ont nettement surperformé les obligations d’État long terme, les économies développées ont connu une croissance nettement supérieure à la moyenne, les politiques monétaires sont restées extrêmement accommodantes, les rendements des obligations long terme ont augmenté modérément favorisant les secteurs cycliques.

Au cours de la seconde moitié de l’année, l’émergence du variant Delta a déclenché une nouvelle baisse des rendements obligataires long terme et a favorisé les actions « growth » contre les actions « value ».

Les actions des pays développés hors États-Unis, ont sous-performé en 2021. La quasi-totalité de cette sous-performance en Europe s’explique par le poids comparativement faible de la zone Euro dans les secteurs des technologies de l’information et des services de communication.

Le dollar a été stable ou en baisse pendant la première moitié de l’année, mais s’est redressé pendant la seconde moitié, notamment au cours du mois de novembre lorsque le nombre de cas Covid a augmenté dans plusieurs pays européens.

Enfin, la question la plus préoccupante de l’année est le point d’inflexion séculaire de l’inflation. L’ampleur de la hausse des prix a surpris les marchés cette année. Cette hausse reflète les distorsions dans les chaînes d’approvisionnement liées aux effets de la pandémie et exacerbées par la hausse des prix de l’énergie. Ces deux éléments étaient considérés comme beaucoup plus transitoires par la plupart des banques centrales, la FED ne durcissant son discours qu’en fin d’année.

Pour ce qui est des perspectives pour 2022, l’année sera probablement marquée par une poursuite des tendances observées en 2021, même si elles seront moins prononcées. La reprise de l’économie et des marchés déclenchée par la suppression des mesures de confinement liées au Covid est intacte, même si elle approche de la fin. Les valorisations record observées dans de nombreuses classes d’actifs, le resserrement des politiques monétaires et le relâchement des politiques budgétaires ainsi que la hausse de l’inflation empêcheront les actions de gagner plus de 10 % en 2022. Leurs cours ont pratiquement doublé par rapport aux plus bas enregistrés pendant la pandémie. Les obligations, quant à elles, entreront probablement dans un marché fondamentalement baissier l’année prochaine. Le relèvement des taux aux États-Unis l’été prochain poussera les rendements obligataires mondiaux à la hausse. Le rythme des décisions de la Réserve fédérale américaine et d’autres banques centrales continuera toutefois de dépendre de leur volonté de préserver la croissance et l’emploi plutôt que de se maintenir au plus près de leur fourchette d’inflation. En résumé, notre cadre d’allocation d’actifs annonce des performances positives, mais inférieures à 10 %, pour les actions mondiales en 2022. Les obligations seront cependant à la peine. »

Lazard Frères Gestion réalise uniquement une prestation de conseil auprès des assureurs. Les décisions d’investissement sont prises par les assureurs. L’opinion exprimée ici est à jour à date de cette présentation et est susceptible de changer. Les performances passée ne préjugent pas des performances futures.
Les supports en unités de compte ne comportent pas de garantie en capital puisque leur valeur est sujette à fluctuation à la hausse comme à la baisse, dépendant notamment de l’évolution des marchés financiers (l’assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte et non sur la valeur qu’il ne garantit pas). Les performances passées ne préjugent pas de celles futures et ne sont pas constantes dans le temps.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.