Advanced by Athymis, le 1er contrat d’assurance-vie 100% transparent sur les frais

2Les prochaines réglementations interdiront les rétrocessions2

Bientôt la fin des rétrocessions en assurance-vie ? Il serait temps d’obtenir un peu plus de transparence ! C’est la tendance actuelle, aller vers plus de transparence pour que les épargnants aient davantage confiance. Aujourd’hui, les intermédiaires financiers (conseillers, courtiers, etc.) perçoivent, via les unités de compte, des rétrocessions versées directement par l’assureur. De fait, ces frais cachés ne sont pas communiqués aux assurés, et viennent pourtant abaisser le rendement des placements effectués d’autant.

- Etablir avec clarté la rémunération des intermédiaires

L’enjeu n’est pas de supprimer la rémunération des intermédiaires, liée à leur devoir de conseils, mais bien d’établir une totale transparence des frais, ce qui n’est pas le cas à ce jour. Avec la suppression des rétro-commissions, Athymis Gestion propose tout simplement de rémunérer l’intermédiaire (conseiller, courtier) à un taux fixe connu d’avance des assurés.

Ainsi, avec le contrat [a[ADVANCED by ATHYMIS]a], votre conseiller perçoit une rémunération de conseil fixe allant jusqu’à 1,2% par an sur l’encours investi en unités de compte. Plus vous gagnez et plus il est rémunéré ! Les autres frais s’élèvent à 0,6% de frais de gestion.

Les supports les moins chers sont privilégiés, qu’il s’agisse de parts de fonds communs de placement destinées aux institutionnels ou d’ETF.

Innovation du contrat : en cas d’inaccessibilité des parts institutionnelles, les rétrocessions perçues sont reversées à votre contrat.

Ce contrat d’assurance vie lancé par Athymis Gestion, la société de gestion présidé par Stéphane Toullieux, en partenariat avec la compagnie Spirica.

- Supprimer les conflits d’intérêts

Il s’agit du premier contrat d’assurance vie sur lequel le conseiller ne perçoit pas de rétrocessions sur les fonds préconisés, prévenant ainsi tout conflit d’intérêt. En revanche, il reçoit une rémunération de conseil fixe allant jusqu’à 1,2% par an sur l’encours investi en unités de compte. Les autres frais s’élèvent à 0,6% de frais de gestion.

« Afin d’éviter une double facturation des clients, les supports les moins chers sont privilégiés, qu’il s’agisse de parts institutionnelles de fonds ou d’ETF », indique la société. De même, si les parts institutionnelles ne sont pas accessibles, « les rétrocessions perçues sont reversées au client ».

« Appliquant ce qui existe déjà depuis de nombreuses années dans le monde anglo-saxon, nous proposons aux conseillers une rémunération fixe qui rend particulièrement lisibles leurs revenus et garantit l’indépendance des choix qu’ils font pour leurs clients », indique Stéphane Toullieux, président d’Athymis Gestion et ancien directeur général de Financière de l’échiquier.